Les 10 commandements pour réussir sa rentrée

Chaque année c’est la même histoire.
On rentre de vacances le cœur lourd mais les cuisses fermes, l’estomac sain mais le foie en vrac, l’œil vif et le poil brillant et on fait vœu de sérénité bouddhiste à tous les étages.
Et vas-y que je me remets au sport et que je vais boire des smoothies, et vas-y que je prends du temps pour moi et que j’arrête de crier après les enfants, et vas-y que je me fournis au marché bio en légumes de saison, et vas-y que je quitte le bureau avant 22h00 tous les soirs histoire de profiter de la vie, tu sais, celle qui file là, sans toi, pendant que tu es occupée à répondre à ton taré de patron que mais oui bien sûr je vais refaire le dossier si ça peut VRAIMENT vous faire plaisir. Hinhinhiiiiiiiinaaaaahahahhnfflerlgfnerbogrenkfgrmfa.

Non. Cette fois c’est terminé. Cette rentrée sera zen ou ne sera pas. Et parce que ma raison de vivre, c’est de te simplifier la vie mon petit agneau des îles, je t’ai concocté une liste des 10 commandements pour réussir sa rentrée à respecter scrupuleusement si tu veux que ton année 2013-2014 se passe comme dans un rêve bleu.

 

Au sport tu ne te remettras pas

Comment dois-je te le dire? Est-ce que je te rappelle l’échec de l’année dernière où tu as pris ton multipass Club Med Ta Mère à 5000 la saison et que tu n’as finalement utilisé que la piscine? Tu avais même acheté un petit tapis de yoga tout mimi tout choupi chez Décathlon à fond les moches pour y aller tous les mardis soir avec ta super copine qui t’as dit que le yoga c’est teeeeeellement sympa on va se faire pleiiiiin de copines!
Morue.
Non parce que tu sais, à la piscine des Halles, ça marche aussi et puis c’est de l’eau tout pareil et l’entrée est à 3,50€.
Et puis le yoga ça marche moins bien que le Kama Sutra.
Et puis tu peux aussi lécher les vitrines, ça te musclera la langue à défaut de renflouer ton porte-monnaie.
Je dis ça, je dis rien.
#Plouf.

 

La mode surtout tu ne suivras pas

Parlons peu parlons bien: ce n’est pas parce que le Daily Elle te dit que la combi fait son grand retour et que dedans tu seras aussi maigre que la plus anorexique des new faces de la Fashion Week qu’il faut le croire.
Tu le sais, qu’il ne faut pas le croire?
Tu le sais, que toi dedans tu auras juste l’air d’un hortensia fané?
TU LE SAIS?????
La mode ne t’aime pas, que veux-tu que je te dise? Ce n’est pas grave, il te reste tous les jeans Levi’s et toutes les chemises à carreaux. De quoi tu te plains? Évidemment, ce conseil s’applique également aux dernières coupes de cheveux tendance entre guillemets. Tu as bien compris qu’on ne t’obligeait pas à adopter la dernière coupe à la mode vue sur le défilé Balenciaga. Ça me rassurerait quand même, que tu me dises que tu as bien saisi la différence entre rêve et réalité.
Et puisque tu ne me le demandes pas je te le dis quand même: on te MENT dans les témoignages des magazines. Tout est faux. Voilà. Sois forte.

 

Les apéros mojito-tongs tu continueras

Oui alors c’est vrai on avait dit que cette année on arrêterait d’être des alcooliques mondaines, okaye, mais franchement, tu crois réellement que tu vas pouvoir supporter une année de plus les jérémiades de ton pote célibataire depuis 3 ans qui se plaint des filles qui ont des couilles et qui râle après les Coca qui coûtent 5 euros en terrasse tout ça en te disant intérieurement que tu n’aurais peut-être pas dû mettre tes nouvelles pompes Zara au talon biseauté aujourd’hui tu as des ampoules maintenant c’est malin? Hein? Non. Profites-en pour recycler ton short en jean en brassière, tu diras que c’est vintage et tu verras que ça passera comme un bikini à la Poste.
Bois un mojito, remets tes tongs, au moins tu rigoleras et tu n’auras plus mal aux pieds.
Merci.

 

Les gosses très tôt tu coucheras

STOP aux mères qui croient que la liberté commence là où celle de leurs enfants continue.



T’as compris?
Tes mômes, tu les couches à 20:30, ils sont contents, tu te mates un bon petit Dexter de derrière les fagots et tu arrêtes de vouloir construire la maison des Pet Shops, des Lego Star Wars ou PIRE d’aider ta progéniture à faire ses devoirs. De toute manière ils seront chômeurs et te piqueront tout ton blé. Je le demande donc haut et fort: au final, si on y pense bien, un enfant: à-quoi-ça-sert?
Qu’est-ce que je te disais.
En plus ça fait du bruit et ça mange tous les Pépito.
Alors PROFITE.

 

La baby-sitter longtemps à l’avance tu bookeras

Tu ne te laisseras donc plus prendre au dépourvu le soir où tous tes copains sans enfants ces bâtards vont squatter le dernier rade que TU as découvert et qu’ils vont y aller sans toi ces bouffons de perfidie moisie pendant que tu restes chez toi à dire aux enfants que allez les enfants, AU LIT maintenant (silvousplaîtallezvouscouchervousmefatiguezjevousdistaisezvousbandedemorveux).
Tu t’autoriseras enfin à être une mauvaise mère qui ne vit pas que pour ses enfants et qui sort manger des trucs gras et chers au lieu de picorer une salade et de claquer son fric dans des sapes chez Bonton que de toute façon ils vont salir ou déchirer le premier jour de la rentrée des classes parce qu’ils ont pas compris que ce petit tee-shirt trop minouche minouche t’avait coûté 49 euros (oui chez Bonton t’as remarqué c’est que des prix ronds, jamais de centimes, on sait jamais, ça peut faire mal à la tête) (oui c’est pareil chez Merci, vas-y de ma part, tu verras bien ce que je te dis, vas-y je te dis).

 

Ta belle-mère plus JAMAIS tu n’appelleras

Cette année, tu vas être forte et indépendante. Tu vas dire à ton petit mari tout gentil que sa mère, il peut se la mettre où il pense. Parce que les week-ends chez elle où elle commente en live toutes les émissions de daube qui passent à la télé en parlant plus fort que Patrick Sabatier, tu peux plus. Sa salade piémontaise, non plus. Ses clafoutis, n’en parlons pas. Et ses bons de réduction chez La Redoute qu’elle te fourre dans ton sac en te disant que tu pourrais peut-être penser à rhabiller les mômes parce que regarde y a des pré-soldes c’est trop bien ils sont pas un peu mal fagotés les enfants si un peu je trouve alors que regarde sur le catalogue de la Redoute il y a cette petite chemise à carreaux et cette petite jupe là ça leur irait quand même mieux que ce que tu leur trouves franchement non mais STOOOOOOOOOOOOOOOP.
Cours, et ne te retourne pas.

 

Ta belle-soeur non plus d’ailleurs (ben quoi?)

Si tu sais que je sais que nous savons, alors relis le commandement numéro 6.
(Non, on ne parlera pas du physique.)
(Quoique sa culotte de cheval…)
ON A DIT PAS LE PHYSIQUE.
Non mais alors.
Bande de mauvaises.

 

Un régime de faire tu oublieras

Quoi, qu’est-ce qu’il y a encore? C’est qui cette année? Le régime Ducon? Le régime Dumou? Le régime Ducul? Tu arrêtes maintenant, ça suffit. Tu saoules tout le monde avec tes mono-diètes et tes sachets de poudre à diluer. Tu es fatigante avec tes « Non je sors pas ce soir c’est régime ». Tu nous broutes avec ton bio mais pas trop et ta demi-tomate assaisonnée au jus de citron. Tu nous pompes avec tes fromages blancs crudités qui nous gonflent autant que ton bide tout mou.Tu nous les brises avec tes 0% à l’aspartame sans sucre ajouté et pas de sauce s’il vous plaît hihihihi. Connasse.
T’es anorexique? Non.
Alors ta gueule et mange.

 

Ton ex surtout tu ne rappelleras pas

Oh que non, je ne te blâme pas. On l’a tous fait.
Retour de vacances, le bronzage qui s’en va et la peau qui pèle, l’épilation plus très fraîche et le vernis qui s’écaille, adieu surfeurs et maîtres nageurs, bonjour pâle coworker avec ta cravate bleue et tes chaussures marron.
(Jingle blogueuse mode: il est strictement INTERDIT de porter un CostumeGris-CravateBleue-ChaussuresMarron sous peine de sévères représailles. Merci.)
Personne ne te regarde, tes cheveux sont mous et tu composes le numéro de ton ex comme on irait allumer un cierge à Notre-Dame, tu pries pour que quelqu’un là-haut t’entende et que la lumière fut, soit ou serais-je mais je t’en conjure et pour l’amour du risque oublie tout de suite cette idée, parce que ton ex s’est recasé.
Oui, tu es seule.
Oui, tu es moche.
Non, personne ne pense à toi.
Ah non, regarde, les impôts t’ont écrit! Tu vois, que tu n’es pas toute seule.
Bisou.

 

Un chaton tu n’achèteras pas

Alors oui c’est vrai hein c’est mignon ces petites patounes d’amour toutes petites toutes douces qui vont te défoncer ton canapé Habitat en moins de deux parce que le pauvre petit chaton d’amour love chéri a besoin de faire ses griffes mais c’est tellement bon d’avoir quelqu’un à caresser parce que rentrer seule chez soi le soir c’est dur. LOL.
La rentrée c’est difficile, certes, tu as le cheveu mou et un panari OK mais primo, on n’y peut rien t’avais qu’à t’enduire de monoï au moins tu sentirais bon et deuxio, ce n’était tout de même pas une raison pour dire oui à ta collègue qui essaye de refourguer tous les rejetons de Bianca sa chatte (pas celle-là, l’autre) parce que sinon elle va devoir les noyer tu comprends on peut pas laisser faire ça quand même des touts petits chats tout mignons d’amour.
En un mot comme en cent: VADE RETRO CHATANAS.


Note bien tout ça dans ton petit agenda et n’hésite pas à nous faire part toi aussi de tes bonnes résolutions de rentrée.
Si tu es sage, la prochaine fois, je te confierai tous mes secrets de beauté dans un tuto inédit pour savoir comment bien rater sa manucure et je te dédicacerai mon nouveau guide « Sous le signe du Juron » édité aux éditions SuperBiatch. Bisou bisou.

Chic Fille

Photo: David Ken

Elle vous voit avant que vous ne la remarquiez, observant vos moindres faits et gestes, ne vous laissant pratiquement aucune chance si ce n’est celle de la rencontrer. Elle vous scrute par dessus ses lunettes pendant de longues minutes, les relève d’un coup pour les placer sur ses cheveux blond meule de foin, vient vers vous et vous tend la main.
Sylvie Fabregon, agent de mannequins, se présente sans fard ni paillettes, elle qui pourtant trace son sillon dans la mode et la publicité depuis plus de 30 ans.

 

Agent d’élite

Si hier elle s’occupait de la carrière des grandes tiges qui ornent encore aujourd’hui les couvertures des magazines, elle consacre désormais tout son temps aux sillons d’un autre genre, ceux qui creusent les visages de ses Masters, inconnus ou ex-models reconvertis en monnaie sonnante et trébuchante dans les recos des agences de publicité.
C’est qu’elle les aime, ses vieux pas vraiment hors d’usage: depuis 2003 et la création d’un département dédié aux baby-boomers au sein d’une grande agence parisienne, elle s’est hissée au sommet d’une nouvelle profession: agent de mannequins seniors. Sans regrets, elle lâche les Naomi et Linda pour lancer la carrière de ceux qui s’affichent aujourd’hui dans le métro en 4×3. Personne n’y croyait, elle avait l’intime conviction que son plan fonctionnerait.
L’idée ne viendrait d’ailleurs à personne de contester son savoir-faire unique en la matière, tant elle materne et couve à la perfection ses ouailles qui le lui rendent bien. En véritable coach elle guide et conseille les hordes de seniors qui se précipitent à ses open-calls, où chacun est libre de se présenter pour, peut-être faire partie du sérail tant convoité. Beaucoup d’appelés et peu d’élus, Madame Fabregon sent instantanément si untel ou unetelle tapera dans l’œil des directeurs de casting et sait accepter les uns tout en remerciant les autres. Figure incontournable du milieu, son écoute et sa bienveillance lui valent une longévité exceptionnelle et quelques surnoms qui lui collent à la peau: la Frite, Petite Souris, Chic Fille ou Bicheute, elle est à elle seule tous les personnages de Disney et parfois même la Reine d’Angleterre, à qui elle voue un culte qui confine à la dévotion.

 

But she’s a queen… and such are queens

En vraie Queen Mum, elle règne sur son petit monde avec un humour sans faille et voue une passion dévorante à ses sujets préférés, artistes en tous genres qui ont croisé sa vie.
Si Lady Sylvie doit se damner pour quelqu’un, ne citons alors que Monsieur David Bowie. Au panthéon de ses artistes, il occupe la première place, lui qui fredonna deux titres lors d’un concert de 76 à l’oreille d’une poupée de chiffon qu’elle lui avait lancé sur scène. Elle est comme ça, Sylvie, entière et passionnée, intègre et passionnante.
Si tant est qu’il faille plonger dans les souvenirs, laissons-lui ce luxe inouï d’avoir été le témoin privilégié des amours naissantes d’une certaine Vanessa avec Lenny, et d’avoir assisté aux premières notes d’Are You Gonna Go My Way lors de son enregistrement en studio. Nounou first class de l’ado d’alors qui vivait la dolce vita façon New York City, elle garde au fond d’elle l’émotion intacte du souvenir de la baby rockeuse aux dents du bonheur, qui traverse parfois la galaxie de ses rêveries, comme les mammas qui repensent en souriant à leurs petits.
Pas bégueule pour un sou, elle fera le chemin inverse du Paradis direction Golfe Juan, en provenance directe de la Grosse Pomme, pour aller vendre des clopes dans un tabac-souvenirs appartenant à sa cousine pendant un an.
Des Hell’s Angels à Henri Dès en passant par Mick Jagger, ils sont nombreux, ceux qui auront eu affaire à Sylvie, éternelle gamine émerveillée par la vie. Mue par le plaisir des rencontres et par une curiosité insatiable, elle aura côtoyé en 30 ans plus de stars que n’importe quelle groupie. Si le métier dont elle rêvait petite était de s’occuper des autres, on peut alors dire qu’elle aura réussi sa vie, elle qui donne tout, sans jamais compter. Gare pourtant à ceux qui la trompent, elle est de la race de ceux qui pardonnent, sans jamais oublier.

 

À peu de choses près, parfaite en tout point

On n’en saura pas beaucoup plus sur la vie privée de la dame, si ce n’est que dans sa constellation très personnelle, on compte d’abord et surtout Marc et Léo, les deux hommes de sa vie. Ajoutons-y Raymond, premier du nom, le seul chat au monde qui ne soit pas tout à fait félin. Paix à son âme, Raymond parti, lui succéda Gary, qui n’a plus rien d’un humain, au grand désespoir de Sylvie.
Interrogez donc son entourage, et voilà que fuseront sourires délicats, anecdotes incroyables et éclats de rire à n’en plus finir.
Amis, collègues ou connaissances, Sylvie ne laisse personne indifférent. Elle se pose à côté de vous à condition d’en avoir envie, se fiche du qu’en dira-t-on et si elle aime, c’est pour la vie. Consolant avant même d’être cajolée, elle ne laisse que rarement pointer sa tristesse, en véritable fée du quotidien qui préfère imprimer son souvenir à l’encre magique plutôt qu’au charbon. Elle ne jure que par l’heure d’hiver et milite contre l’heure d’été, compte Noël à rebours à partir du mois de juillet et collectionne les photos all over the world de ses propres pieds.
Hédoniste, et refusant toute pratique du sport hormis les compétitions de fou rire pour muscler ses abdos, elle est capable de vous déclamer en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire du Jacques Demy ou du Nietzsche. Au détour d’une conversation sur son film préféré, ne soyez pas étonnés qu’elle tente tout à coup de vous convaincre des ressorts sociologiques insoupçonnés de Secret Story. Multiple et versatile, sa verve n’a de limites que celles de son imagination.
N’en jetez plus, une fois que vous y aurez mordu, vous en deviendrez fou, Sylvie est une chic fille, un point c’est tout.