Pour ou contre l’été au bureau?

4 catégories de personnes vont lire cet article:

1-Tu es en vacances et tu reprends le boulot dans 3 jours. Réjouis-toi, ô mon ami, le bitume et la canicule t’attendent à bras ouverts.
2-Tu es au bureau et tu es en vacances ce soir. Je te plains, toi et tous ces coups de soleil, ces piqûres de méduse et ces enfants malades en voiture.
3-Tu as signé ton contrat le 30 juin et tu n’as pas de vacances cette année. Je peux te proposer d’aller boire l’apéro (envoie d’abord ta photo).
4-Tu es au chômage et tu n’as pas un rond pour te payer un Prem’s. Je ne peux rien pour toi, mais je vais quand même prier pour ton salut, mon pauvre ami.

N’y allons pas par quatre chemins, je suis débordée, et j’ai exactement 15 minutes avant le début du week-end.
Si tu n’as pas saisi le comment du pourquoi du post, je te prie de te référer au titre ci-dessus.

 

POUR L’ÉTÉ AU BUREAU

-Tu arrives tranquille à 10:30, il y a moins de métro et de bus, en été, c’est bien connu.
-Tu attaques avec un débrief à la machine à café avec les collègues.
-Tu enchaînes avec un débrief du débrief à côté de la photocopieuse avec ta pote du 4e.
-Tu t’installes tranquillement à ton bureau sur le coup de 11:30.
-Tu n’as que 10 mails ce matin, tu vas fêter ça en prenant une petite pause.
-Il est 11:55: tu appelles Caro pour savoir où vous allez manger ce midi.
-Il est 12:00, Caro te propose d’y aller maintenant, de toute façon le téléphone ne va pas sonner.
-Il est 14:00, Caro te dit que comme c’est l’été, vous êtes large, autant profiter un peu de cette terrasse au soleil en plus tous ces cons de Parisiens sont partis en vacances.
-Il est 15:30 on va peut-être remonter?
-Il est 16:00, tu te grilles une clope discrètement sous ton bureau.
-Il est 16:15: 5 mails inbox. Bon, qui veut un Coca?
-Il est 16:30, tiens, je vais aller faire un tour sur Opodo.
-Il est 17:00, tu organises une course en tongs dans le couloir du 1er avec les filles du 2e.
-17:30: ça use, tout ça, on se ferait pas un petit apéro là?
-18:00: l’esprit d’entreprise coule dans tes veines, euphorique, tu proposes qu’on continue tous au Rosa.
-19:30, vous êtes tous ivres, hilares et vous vous dites que Paris, c’est quand même magique et que cette boîte c’est vraiment TROP TOP LES GARS ON EST PAS BIEN LÀ???
-02:00: tu rentres chez toi en vélo, la vie est belle, il fait délicieusement bon. Tu envoies un texto à tes amis: « VOUS SAVEZ PAS CE QUE VOUS LOUPEZ. PEACE AND LOVE. »

 

CONTRE L’ÉTÉ AU BUREAU

-Tu arrives en sueur à 10:30. 10 minutes d’attente entre chaque métro.
-Tu arrives devant la machine à café. Elle est en panne.
-Tu essaies de joindre le service de maintenance de la machine à café. Ils sont en congés.
-Tu t’installes à ton bureau sur le coup de 11:30, tu apprends que la clim ne marche pas. Il fait 34° ce matin.
-Tu n’as que 10 mails dont 9 de ton boss qui t’écris des Maldives pour savoir comment ça se passe sur le dossier Dubrulle.
-Il est 11:55: tu appelles Caro pour savoir où vous allez manger ce midi.
-Il est 12:00, Caro te dit qu’après vérif, tous les bistrots du quartier sont fermés.
-Il est 14:00, Caro te dit que finalement ce petit sandwich thon/crudités, c’était pas si mauvais que ça.
-Il est 15:30, la mayo du sandwich a dû tourner avec la chaleur. Tu vomis.
-Il est 16:00, tes pieds ont triplé de volume.
-Il est 16:15: un bon Coca pour rafraîchir tout ça.
-Il est 16:30, tiens, le distributeur est en panne.
-Il est 17:00, tu cliques sur les photos de vacances de tes potes sur Facebook. Tu les bloques tous. Bâtards.
-17:30: tu lances des invits pour l’apéro. Pas de bol, tout le monde est parti.
-18:00: ta mère te dit que si tu veux, elle est dispo.
-19:30: tu dînes avec ta mère.
-02:00: tu rentres chez toi à pied. Pas de taxi. Tu envoies un texto à tes amis: « RENTREZ J’EN PEUX PLUS. »

Bon week-end mes agneaux.
Rendez-vous lundi pour parler sexe et crudités.

Choisis ton camp, camarade

Toi mon ami, qui vient de décrocher ton premier CDI dans une grande boîte en verre avec plein d’open spaces et de machines à café, sache que je ne t’envie pas, OH que non, je ne t’envie pas. J’ai essayé, pourtant tu sais, jeune padawan, j’y ai mis tout mon cœur, j’ai même été jusqu’à dire que j’étais heureuse d’avoir signé mon CDI dans une grosse entreprise que même il y a son nom dans des livres et même aux USA, tu vois. Mais finalement j’ai préféré l’herbe plus maigre mais ô combien plus goûteuse de la liberté plutôt que l’enfermement dans une case au 18e étage d’une tour sans âme. Tu es dans la matrice, je n’y suis plus, et voilà pourquoi:
La routine m’a tueR, les 39 heures aussi, et franchement, l’entretien annuel d’évaluation, je l’ai bouffé.
Pas mauvais, mais avec un petit arrière-goût de trop salé.
Avant de valider ta période d’essai, j’aimerais que tu lises les lignes qui suivent. Il est 10:45, tu as 10 minutes pendant ta pause syndicale (t’iras fumer avec Paulo de la compta un autre jour, fais pas ièch).


PowerPoint, c’est le Mal et les reporting sont des succubes

On ne te l’a pas dit, mais une fois que tu seras officiellement part of the team, tu vas te taper des reporting à la pelle. Ton coworker va te refiler le bébé, trop heureux de s’en débarrasser, et tu n’y verras que dalle. Trop jeune. Alors oui, peut-être, un jour, au détour d’une conversation à bâtons rompus autour de la machine à café où tu auras entrepris d’essayer la soupe à la tomate (bouton en bas à droite), tu demanderas à la ronde: « Mais, finalement, qui lit les reporting? Ça sert à quelque chose ce truc? ». Par un effet domino toujours pas analysé à ce jour par aucun spécialiste digne de ce nom,  tu verras subitement l’assistance se disperser sous prétexte que : »Oh la la, mais j’avais pas vu l’heure, dis-donc », et tu te retrouveras comme un con avec ta soupe dans ton gobelet en plastique. Soupe, gobelet, y a rien qui te heurte? Attends de lire le reste.

Un soir, avant de partir, ta N+1 passera la tête par-dessus la petite cloison qui sépare ton bureau des 158 autres de l’open space et te dira, dans un souffle appuyé d’un clin d’œil complice: « Tiens, au fait, tu me préparerais un petit PowerPoint pour la réu de demain matin? Fais simple hein, surtout, mais bon te plante pas, c’est pour le Codir, c’est important hein. Allez, bonne soirée! ». Bye bye ton apéro avec les potes, tu te tapes 20 slides dans le nez et par un fait exprès, ça ne se met pas du tout comme tu voudrais (une sombre histoire de cliparts et de listes à puce cherche pas, personne ne sait pourquoi. Parce que.). Ceci s’appelle un impondérable, il suffit d’inspirer un grand coup, tu prépares un feedback à envoyer à ton boss et tout ira bien. Capito?


T’as rien dans le pipe et tout dans le cul

Ta période d’essai a été prolongée, je te dis bravo. T’as toujours aucun projet dans le pipe, trop junior, par contre ta todo list est bien à jour, tous les jours, toutes les heures, tout le temps, on sait jamais des fois que tu oublies que tu as un cerveau pour faire fonctionner ce qu’on appelle communément la mémoire et le sens des priorités. Tu remplis un par par un tes objectifs hebdomadaires et ton chef est vraiment content de toi, tu es un bon élément, il faudra qu’il fasse remonter ça aux RH. Tiens d’ailleurs ce serait bien que tu me refasses un petit PP comme tu sais si bien les faire, ça te dérange pas, avant de partir en week-end? Il est 19:30, il me le faut pour hier, tu es large.

15 jours avant la fin de ta deuxième période d’essai et avant embauche définitive (YOUPI) on te demande de prendre le lead sur le projet d’inauguration Duchmoll et de pondre une pres’  pour cet après-midi, y a le Comex qui se réunit et tu sais comme ils sont. Bref, je te fais pas un dessin, je te fais confiance, me déçois pas. Ah tiens, pendant que j’y pense, si tu peux me drafter un truc rapide pour le service com, tu serais au top. Je sais bien que c’est pas dans ton scope, mais je te donne le go, je sais que tu en es capable, tu joues gros là-dessus, ME DÉÇOIS PAS.

Pour bien te rappeler que tu es large mais que quand même si tu pouvais te magner un peu parce que ta responsable voudrait jeter un œil à ce que tu as fait avant de tout modifier pour te le refaire faire à SA manière (« Crois-moi, je sais ce que je fais, tu sais, j’ai 15 ans de boîte, HAHAHAHAHAHA ») tu recevras trois SMS sur ton Blackberry flambant neuf qui ne cessera plus jamais de clignoter, te signifiant que la synchronisation Outlook a bien fonctionné (YOUPI again) et que désormais ce n’est plus un fil à la patte que tu as mais un énorme boulet à la cheville. Bref, je disais donc que désormais et à partir de dorénavant, tu recevras des messages en rafale contenant ce genre de hiéroglyphe digne des plus grandes énigmes de Fort Boyard: FYI – LMK – TBD – CDT. Parfois même dans une seule phrase. Il est essentiel dans ce cas-là de se focus sur le contenu du message et de ne pas paniquer, tu n’es pas seul, des gens sont là pour t’aider.


Les chèques cadeaux sont des leurres et ce midi y a des frites au self

Alors oui, tu vas me dire que toi, tu as des RTT et des CP et que tu décomptes tes heures supp’, mais moi, mon lapin, je choisis quand je veux qui je veux où je veux. Un peu comme le sexe, VOI-LA. On dirait que toi tu serais dans la position du missionnaire pendant que moi je serais plutôt du côté levrette dans un champ de colza. Alors oui (bis), tu vas me dire qu’avec le CE tu as les places de cinoche moins cher et les entrées à Disney à 70% de réduc. Mais dis-moi, entre tes débriefing imprévus à 20:00 et tes charrettes du week-end, tu y vas quand, te faire une toile et te taper 3 heures de queue chez Dingo? Hein? Bon. Alors.

Tiens, c’est l’heure d’aller te griller une petite clope, mais tu es rattrapé dans ton élan par ta N+12 (tu n’as toujours pas compris son rôle exact mais on s’en fout, dans trois mois elle sera mutée dans un service qui n’a rien à voir, ça s’appelle le transfert de compétences ou la promotion canapé) qui te dit que ce serait bien, pour ta carrière (LAULE) de challenger les objectifs ce trimestre. Elle rajoutera, je cite:  » Grosso merdo, faut te bouger pour que ça dépote. »
Voyant ton air perdu, elle te proposera  un petit workshop avec les autres nouveaux pour que vous fassiez connaissance et que vous sentiez la cohésion de groupe: « Du team building, you know what I mean? », te dit-elle en posant sa main sur ton épaule droite.

Tu te demandes sérieusement ce que tu fous ici  lorsque Nath des RH passe la tête au dessus de ta jolie cloison de séparation et t’annonce que ce midi, c’est trop bien, c’est journée Belgique au self.
Il paraît même qu’il y aura de vrais cornets de frites. Comme de par hasard.

Tu t’en rendras compte bien assez tôt, tout ça fait sens.
Néanmoins, je reste à ton entière disposition pour répondre à toute question en rapport avec le sujet sus-cité. N’hésite pas à m’envoyer un mail,  je ne manquerai pas de te répondre asap.

DTC.